Repérer les ingrédients nocifs dans les cosmétiques

J’écris cet article aujourd’hui pour aider une IG adorable et il est vrai je crois que cet article peut être intéressant pour certaines, afin de comprendre pourquoi passer aux cosmétiques naturels est un gage de sécurité et de santé. En effet, j’entends souvent les filles me dire qu’elles ne fument pas (et c’est tout à leur honneur) car la cigarette c’est plein de goudron, mais par contre lorsqu’il s’agit de s’étaler du goudron sur le visage y a pas de soucis. Cette erreur est compréhensible, les marques nous encouragent à garder les yeux fermés et refuser de fouiner mais ici on va tout décrypter.

Évidemment, ce n’est pas facile les premiers temps, effectivement il faut faire un effort parce que les marques mettent tout en œuvre pour vous décourager, les dénominations en latin, des listes de composants à n’en plus finir, du « green washing ». On va donc aborder les choses, une par une, de manière la plus claire possible pour s’y retrouver.

label_natrueLe label bio ne veut pas dire que le produit est clean au niveau de sa composition, ça veut juste dire qu’il est « moins pire » que les autres parfois. Bien sûr, certaines marques font vraiment des efforts pour nous offrir une composition de qualité (je pense notamment à Santé naturkosmetik, Melvita, Lavera) mais d’autres ne font que le minimum pour surfer sur la vague « le bio c’est in », c’est notamment le cas de la gamme « Timotei bio », « Yves Rocher » etc… Ces marques utilisent le Green Washing pour faire croire à des produits sains… C’est pourquoi il ne faut pas être une consommatrice aveugle les filles, que le flacon / le tube soit vert avec des fleurs ou qu’il comporte la mention « naturel » ne veut absolument rien dire !
Votre seule façon de savoir si le produit est clean, est de décrypter la liste INCI des composants au dos de l’emballage, écrite en tout petit comme vous pouvez le faire au dos d’un paquet de biscuits pour connaitre le nombre de calories, de sucre etc…
Voici donc une liste que j’ai essayé de vous faire la plus exhaustive possible des cochonneries à bannir, comme pour la liste des marques sans test sur les animaux, cet article peut subir des modifications en fonction des nouveautés dans le domaine. Celui-ci peut vous paraitre assez théorique mais je vous encourage vivement à le lire afin de prendre pleinement conscience des risques que vous prenez en achetant des produits sans regarder les étiquettes.

 

Les conservateurs

   On voit toujours « sans conservateur » sur tout un tas de produits, mais loin de n’être qu’un slogan marketing, les conservateurs, on le sait aujourd’hui ne sont pas des ingrédients clean du tout ! Ils sont utilisés, comme leur nom l’indique, pour conserver les cosmétiques. Au départ, on utilisait du formaldéhyde comme conservateur dans les cosmétiques mais il a été jugé dangereux, alors on l’a remplacé par les parabènes mais ils ont aussi été critiqués. Maintenant ils sont peu à peu remplacés, notamment par les thiazolinones qui ne s’avèrent pas beaucoup mieux.

Formaldéhydes, libérateurs de formol

A quoi ça sert ?  Certains cosmétiques (et même les produits qui nous ruinent !) tels que gels douche, shampoings, dentifrices, teintures, produits de manucure… contiennent en guise de conservateur du formaldéhyde, des dérivés de formaldéhyde ou des libérateurs de formol (au contact de l’eau).

Risques : Le formaldéhyde est reconnu comme allergisant, irritant, modificateur des protéines et de l’ADN et cancérigène certain.

On boycotte : Formol, Formalin, Formic aldehyde, Paraform, Methanal, Methyl aldehyde, Methylene oxide, Oxymethylene, Oxomethane, DMDM hydantoin, Diazolidinyl urea, Imidazolidinyl urea, Methenamine, Quarternium-15, Diazolidinyl urea, Sodium hydroxymethylglycinate, Méthénamine, bronopol, 2-bromo 2-nitroprone-1,3-diol, bronidox, 5-bromo-5-nitro-1,3-dioxane, Methylchloroisothiazolinone, Methyldibromo Glutaronitrile, MDM Hydantoin, Iodopropynyl Buthylcarbamate, Chloroxylenol, Chlorphenesin
 

Parabens

sans_parabenA quoi ça sert ? Ils sont utilisés pour leurs propriétés antibactérienne et antifongique. Il sont efficaces contre les champignons et les moisissures qui peuvent se développer dans les produits associant eau et huile.
Risques : Ils peuvent provoquer allergies et irritations, mais le plus grave est leur capacité à pénétrer dans le corps. Leur composition les rend proches de nos hormones, ils perturbent alors notre système endocrinien. On a retrouvé également des parabens dans des tumeurs mais aucun lien n’a été prouvé entre exposition régulière et cancers.
On boycotte : Butylparaben, Methylparaben, Ethylparaben, Propylparaben, Isopropylparaben, P-hydroxybenzoate, N-butyl p-hydroxybenzoate, Ethyl p-hydroxybenzoate, Méthyl p-hydroxybenzoate, Parahydroxybenzoate de propyle, Parahydroxybenzoate de méthyle
 

Thiazolinones

A quoi ça sert ? Ce sont les remplaçants des parabènes qui commencent à émerger dans les compositions.

Risques : Ils sont très allergisant et peuvent provoquer des irritations. Ce sont également des libérateurs de formol. On en revient donc au point de départ, les industriels arrivent toujours à nous sortir un produit de leur chapeau. Malheureusement pour celui là, on a pas évolué, c’est toujours aussi nocifs !

On boycotte : Methylisothiazolinone, Methylchloroisothiazolinone
–> Et dans les produits bios?   Formaldéhydes, parabens et thiazolinones sont interdits dans les cosmétiques bio. Ils sont remplacés par des alcools (comme le benzyl alcohol) et de la vitamine E (tocophérol).

Sulfates

A quoi ça sert ? On utilise des tensioactifs pour donner au produit son pouvoir lavant et moussant. Il en existe beaucoup mais les plus répandus sont les sulfates, tensioactifs à faible coût. Dans les shampoings, gels douche et dentifrices, c’est dans la grande majorité des cas le second ingrédient après l’eau, ils sont donc présents en grande quantité. Et on les trouvent PARTOUT là où ça mousse !
 
Risques  : Les sulfates sont des tensioactifs très irritants et desséchants pour la peau et les muqueuses. Leur utilisation fréquente élimine la barrière naturelle de la peau et du cuir chevelu, laissant ainsi pénétrer plus facilement les autres composés des cosmétiques dans le corps. Ils favorisent également les pellicules, ya donc aucune raison de les garder ceux là !!! Et puis d’un point de vu écologique, il détruisent les océans et les poissons.
On boycotte :Ammonium Lauryl Sulfate, Sodium Laureth Sulfate, Sodium Lauryl Sulfate, Sodium Lauryl Sulfoacetate, Sodium Myreth Sulfate, Sodium Cetearyl Sulfate 
produit_naturel
–> Et dans les produits bios?
On retrouve des sulfates dans les produits bio mais ils sont moins irritants et il n’y en a souvent qu’un seul et pas toute une tripoté comme dans les produits l’Oréal. Voici ceux qui sont « tolérables »: Cocamidopropyl Betaine, Disodium Cocoamphodiacetate, Disodium Laureth Sulfosuccinate, Sodium Coco Sulfate.

Les agents occlusifs

A quoi ça sert ? Les agents occlusifs sont des ingrédients contenus dans les gels douches, shampoings, après shampoings, crèmes… et qui restent collés à la peau et aux cheveux, formant un film « lissant » mais en fait, ils forment plutôt un film étouffant.
Risque : L’effet peut sembler spectaculaire sur les cheveux abîmés : d’un coup ils semblent réparés et en pleine santé, mais en réalité, l’agent occlusif n’a fait que masquer les dégâts puis au fil du temps, il les empire (voir article sur les 10 conseils pour favoriser la pousse des cheveux).

Les silicones

On en avait déjà parlé de ceux là, pour les cheveux c’est une CATA ! Mais pour faire le point, il faut savoir que les silicones sont les agents occlusifs les plus courants. En plus de rendre la peau et les cheveux ternes et lissés artificiellement, ils ne sont pas biodégradables du tout et seraient également toxiques pour la faune et la flore aquatiques. Et d’un point de vu purement beauté, il est important de noter que certains silicones sont plus difficile à enlever du fait de leur lourdeur, c’est notamment le cas du Diméthicone, le plus répandu des silicones.
On boycotte : Diméthicone, Diméthiconol, Cyclopentosiloxane, Diméthylpolysiloxane, Phényldiméthylpolysioxane, Phényldiméthicone, Cyclométhicone, Aminopolysiloxane, Amodiméthicone… tout ce qui finit en -cone ou -xane.

Les huiles minérales

Attention, je ne parle pas de toutes les huiles. Vous connaissez, si vous me suivez depuis un moment, mon amour pour les huiles végétales ! On parle ici de la PARAFFINE une huile toute dégeu dérivée du pétrole. Oui oui Georgette, tu l’as bien entendue celle-la, tu fumes pas mais tu t’étales du pétrole, c’est pas jo-jo ! Elles est pire que les silicones, aussi bien pour la peau pour laquelle elle n’a aucune propriété bénéfique (quand je vous dis qu’on vous ment !) Mais aussi pour l’environnement car elle n’est pas du tout biodégradable.

On boycotte : Paraffinum liquidum, Petrolatum, Ceresin…

 

 

Les ammoniums quaternaires

Substituts des silicones, ils sont très courants dans les shampoings et après-shampoings. Ils sont irritants et non biodégradables.
On boycotte : On peut les reconnaître par leur nom qui contient « -monium », « -chloride », « bromide » ou « quaternium- » suivi d’un chiffre. Les polyquaterniums sont également de la famille (on les reconnait par leur dénomination « polyquaternium- » suivi d’un chiffre). Le BTMS (Alcool cétéarylique et behentrimonium methosulfate) en fait partie. CTAC (Cetyl triméthyl ammonium chlorure), DSDMAC (Quaternium-5), Dipalmitoylethyl hydroxyethylmonium methosulfate, Hydroxypropyl guar hydroxypropyltrimonium chloride, Cetrimonium bromide, Polyquaternium-10, Quaternium-15…
–> Et dans les produits bios?   Les agents occlusifs sont interdits par le label Cosmébio, acheter bio garantit donc de ne pas en avoir dans ses produits, excepté le BTMS (Alcool cétéarylique et behentrimonium methosulfate) qui est présent dans la majorité des après shampoings bios.

Les composés éthoxylés et propoxylés

 

A quoi ça sert ? On appelle composés éthoxylés les divers ingrédients cosmétiques ayant le point commun d’être fabriqués par éthoxylation.
Risque : Le principal problème des composés éthoxylés est leur processus de fabrication. Ils sont fabriqués à partir d’oxyde d’éthylène, un gaz très réactif, extrêmement toxique, cancérigène et mutagène, utilisé comme arme chimique. C’est un processus très lourd, nécessitant des températures et pressions extrêmes, des consignes de sécurité très strictes et bien sur, c’est très polluant. Après transformation, il ne reste normalement pas d’oxyde d’éthylène, mais il est possible qu’il y ait une contamination au dioxane, substance irritante et classée comme cancérigène possible. Les composés ethoxylés ne sont que peu biodégradables.
On boycotte toute substance contenant dans son nom « -eth », PEG, PPG, « hydroxyethyl-« , « -oxynol », « hydroxypropyl-« .
 –> Et dans les produits bios?  Ils ne sont pas autorisés dans les produits bios.

Sels d’aluminium

A quoi ça sert ? L’aluminium et les sels d’aluminium sont contenus dans les déodorants anti-transpirants, dans les produits de soin du visage (type peeling), de soins du corps, les produits de démaquillage ou encore les vernis à ongles. Ils permettent de resserrer les pores de la peau, bloquant ainsi la transpiration.
 
Risque : Le problème, c’est que ces sels d’aluminium traversent la barrière cutanée et l’accumulation d’aluminium dans l’organisme a été mise en cause dans l’apparition de certaines maladies comme Alzheimer ou le cancer du sein. Ils pourraient également être toxiques pour le système nerveux et les os.
On boycotte : Aluminium chlorohydrate, Aluminium stearate, Aluminum sulfate, Aluminium hydroxyde, Aluminium oxyde, Aluminum Sesquichlorohydrate, Ammonium alum
–> Et dans les produits bios?  L’aluminium hydroxyde est autorisé dans les produits bios. Les autres sont interdits. Il faut donc même faire attention dans les produits bio (mais entre nous, passez à la pierre d’alun ça coute rien et c’est efficace !)

Colorants

A quoi ça sert ? Les colorants sont les substances qui donnent aux produits leur couleur. Ils se trouvent dans les cosmétiques sous la dénomination CI suivi de 5 chiffres.
 
Risque : 25 de ces colorants utilisés en Europe (colorants azoïques) ont la capacité de franchir la peau, endommageant le foie et libérant de l’aniline.
 
L’aniline rejoint le problème des nitrosamines libérées par les DEA, MEA et TEA. Ces colorants sont donc considérés comme cancérigènes, et ils peuvent déclencher des allergies, en particulier aux personnes sensibles à l’aspirine. Le P-Phénylenediamine est un autre colorant quasiment systématiquement utilisé dans les colorations capillaires. Il peut contenir des métaux lourds toxiques pour le cerveau et pourrait être cancérigène.
 
On boycotte : CI + 5 chiffres (ex : CI 14700), P-Phénylenediamine
–> Et dans les produits bios?  Les colorants de synthèse (dont les colorants azoïques) sont interdits dans les cosmétiques bios.

BHA et BHT

A quoi ça sert ? Le BHT (Butylhydroxytoluène) et le BHA (Butylhydroxyanisole) *ATCHOUMMMEUH* sont employés comme antioxydants dans toute une série de matières premières huileuses, pour les empêcher de devenir toutes rances.
 
Risque : Dans les tests sur les animaux (beurk beurk sur ce blog déjà on aime pas trop ça !) sont apparues des modifications du système immunitaire et de la formule sanguine, de la thyroïde et du foie (je sais pas si vous vous rendez compte de la nocivité de ce truc ?!!). Le BHT et le BHA se fixent dans les tissus humains et atterrissent dans le fœtus (et il va être beau votre bébé avec tous ces trucs qui passent dans votre corps). Ils sont connus pour être des déclencheurs d’allergie et le BHA est « suspecté » d’être cancérigène. Ils sont également nocifs pour les poissons et la faune (je sais même pas pourquoi je le précise).
 
Mais le pire dans tout ça, c’est que c’est un vrai foutage de gueule car ils peuvent être remplacés sans problème par l’antioxydant naturel Tocophérol (vitamine E). Il n’y a donc aucune raison de continuer à les utiliser encore (ah si l’argent pour les industriels, ça coûte moins cher ! ).
On boycotte : BHT (Butylhydroxytoluène), BHA (Butylhydroxyanisole)
–> Et dans les produits bios?   Ils sont interdits dans les produits bios.

ON RÉSUME…

√ On imprime le PDF que je vous ai crée mes noisettes et comme ça, on l’emporte avec soi partout pour être une consommatrice responsable !

PDF ==> Repérer les ingrédients nocifs dans les cosmétiques

√ On choisit des produits ayant des listes d’ingrédients plutôt courtes

√ On privilégie les produits bio qui on souvent une meilleure composition (voir article pour comprendre les labels)

√ Pourquoi ne pas fabriquer certains produits de beauté soit même, il n’y a rien de mieux niveau composition
√ On fait passer le mot à son entourage pour que tout le monde choisisse en son âme et conscience et non par manque d’information

Sources :

Comments (8)

  • Bravo pour ce travail de recherche et de partage ! Très utile, mais surtout très clair. Plus d’excuse pour ne pas acheter responsable :). J’aimerais partager ton article avec mon réseau personnel (via Facebook ou autre), est ce possible ? En citant bien évidemment la source :). Merci, Jennifer

    Répondre
  • Merci pour le PDF récapitulatif ! 😀

    Répondre
  • Bonjour,

    Je trouve votre site très intéressant; je n’utilise que des cosmétiques bios et je ne veux pas de produits testés sur animaux.
    Patyka indique sur son site ne pas tester, et je ne les vois pas dans votre liste. Est-ce un oubli ou mentent-ils?
    D’autre part, j’ai appelé la marque Iroisie, pour connaitre leur position.
    Je suis tombée sur un monsieur pas très agréable qui m’a pris pour une idiote, en me disant qu’ils ne testaient pas et que c’était évident vu que c’était interdit depuis 20 ans!! Il ne comprenait pas les marques qui mettaient cet argument en avant.
    Ce n’est pas la 1ère fois que l’on me dit que c’est interdit, mais je n’y crois pas vraiment.
    N’étant pas juriste, je suis perdue dans tout ça.
    Merci d’éclairer ma lanterne et bravo pour votre site.

    Bien cordialement
    Béatrice Besnier

    Répondre
  • Merci pour cet article détaillé (et tes autres listes de bons produits), j’ai passé 1h à chercher ce que contenait mon shampoing hier…. Ben c’est pas joli 🙁

    Répondre
  • Bonjour,
    Je découvre ton blog avec plaisir (et horreur de toutes ces saletés dans mes shampooings et autres produits de beauté…).
    J’ai essayé d’imprimer le PDF avec les ingrédients nocifs mais la page n’existe plus, tu pourrais éventuellement m’en envoyer une copie par email? Merci beaucoup!
    Anne

    Répondre
  • Je ne m’arrête plus de lire tes articles j’adore 🙂

    Répondre
  • Merci pour ton travail extraordinaire

    Répondre
  • Top top top merciii beaucoup

    Répondre

Write a comment