Voyage, Voyage : Road trip en Norvège, des fjords au grand nord

Coucou mes noisettes, je viens après avoir longuement vécu et revécu ce voyage depuis un mois en regardant des photos. J’ai enfin trouvé comment j’allais vous expliquer avec des mots ce sentiment de grand air, d’immensité, de recueillement parfois et de dépassement de soi qu’a été ce voyage. Alors accrochez vos ceinture, on redécolle aujourd’hui pour Oslo.

Pourquoi choisir la Norvège en été ? 

Bon déjà on peut dire qu’on aime beaucoup les grands espaces, la randonnée ainsi que la montagne l’été. Nous étions tous les deux enclin à nous diriger vers une destination ressourçante et dépaysante et la Scandinavie nous semblait être une bonne idée. Nous avons choisi la Norvège car les billets d’avion étaient très abordables, 300€ pour deux, l’aller-retour avec un bagage en soute et deux bagages cabine.
J’avais toujours rêvé de visiter la Norvège et Ben aussi, on a donc décidé ça sur un coup de tête, un mois avant nos dates de départ. (et un mois n’a pas été de trop pour tout organiser 😉 )

Pourquoi faire du camping sauvage en Norvège ?

Il faut savoir que la Norvège autorise le camping sauvage partout y compris dans les parcs naturels. Il y a un droit à la nature norvégien, qui dispose que chacun a le droit d’aller où il veut dans la nature, ainsi vous pouvez planter votre tente partout y compris sur un terrain privé (en respectant une limite minimum de 150m avec les habitations).
De plus les campings en Norvège sont très bien équipés et coûtent entre 10 et 20€ la nuit pour un emplacement voiture et tente.

Enfin à la question pourquoi faire ce choix du camping, outre le côté financier, en effet le camping sauvage est gratuit alors que le logement en Norvège est exorbitant en raison des salaires bien plus élevés qu’en France. Faire du camping sauvage vous procurera une sensation de liberté incroyable et vous ferra vivre des souvenirs inoubliables, sincèrement, malgré la rudesse de certaines situations je ne regrette rien du tout et je repartirais sans hésiter en bivouac !

Les avantages et inconvénients du camping sauvage en Norvège ?

Les inconvénients d’abord :

  • Difficulté à trouver un endroit où dormir en bivouac, en effet certaines zones de la Norvège sont très humides, très marécageuses et il est difficile d’y planter la tente.
  • Devoir tenir compte des aléas climatiques (pluie, froid) lorsque l’on décide d’installer le bivouac. Pour l’anecdote, nous avons toujours planté notre tente sous la pluie, même lorsque le soleil était étincelant au moment où nous sortions les sardines, bim il se mettait à pleuvoir et cela s’arrêtait dés que nous étions installés. Ben considère encore que les nuages se jouaient de nous et j’avoue que ce complot climatique m’a effleuré aussi.
  • Devoir investir financièrement dans du matériel de camping de qualité et adapté à votre aventure.
  • Devoir (éventuellement) transporter le matériel si vous n’êtes pas véhiculés ou si vous souhaitez faire une randonnée dans la nature.
  • L’hygiène quotidienne qui peut s’avérer compliquée (mais nous y reviendrons car en Norvège c’est pas compliqué, on vous laissera nos astuces).

Les avantages magiques qui doivent absolument vous poussez à faire du camping sauvage au moins une fois dans votre vie !

  • Le sentiment de liberté illimité, vous faites absolument ce que vous voulez où vous voulez (et dans notre société c’est juste dingue)
  • Se réveiller dans des endroits incroyables qui vous coûteraient tout votre PEL si vous deviez louer quelque chose de comparable
  • Être au contact de la nature et des animaux sauvages
  • Se déconnecter de la société et se reconnecter à soi même
  • Sortir de sa zone de confort et vivre une vraie aventure
  • Economiser de l’argent

Comment se déplacer en Norvège ?

Vous savez que je ne peux vous parler que de ce que je connais. Et nous avons opté pour un road trip, pour cela nous avons réservé en France une voiture chez Sixt France que nous avons récupérée à Oslo centre. Si vous avez suivi notre aventure sur Instagram vous avez pu voir notre surprise quand nous avons découvert que nous avions été surclassés par Sixt.

La location de la voiture

Tout a été très simple, j’avoue que la location chez Sixt a été simple. Nous avions hésité avec un autre loueur de voiture (sunny cars) mais leurs avis négatifs sur Internet, ainsi que l’apparente complexité en cas d’accident nous a fait peur. Bref, nous avons privilégié la sécurité et je ne saurais que trop vous recommander lorsque vous projetez un voyage d’essayer toujours d’assurer vos arrières, en évitant les économies sur des postes de dépense qui pourraient se retourner contre vous.

Nous avons payé 550€ notre location de voiture pour 12 jours de location (nous avons gardé les 2 derniers jours pour visiter Oslo). Pour la caution, elle n’est pas encaissée par Sixt, elle est juste bloquée sur votre compte, ce qui est cool comme ça pas de délai pour la récupérer à la restitution des clefs à la fin.

Nous on a eu la chance (mais apparement c’est assez courant chez Sixt d’après les retours d’autres noisettes) d’être surclassés, autrement dit on avait réservé une petite voiture et on s’est retrouvés avec une grosse voiture hybride (donc moitié électrique, moitié essence), on avait jamais conduit un bolide pareil, on arrivait même pas à la démarrer et vous vous êtes gentiment moqués de nous ^^

Bref, cette histoire de Wall-E a été une grosse aubaine (et nous garderons l’astuce pour nos prochains road trip) car l’électricité se recharge en roulant et nous a fait économiser beaucoup d’argent car l’essence est assez chère en Norvège et en plus cela permet d’avoir un voyage ayant un impact écologique moindre 🙂

L’essence

Pour ce qui est de l’essence, comptez environ entre 50 et 70€ le plein d’essence, le prix de l’essence varie beaucoup d’une station à l’autre. D’ailleurs contrairement à ce que nous avions lu sur Internet en préparant notre voyage, nous n’avons jamais eu de difficultés à trouver de l’essence, ni jamais risqué de tomber en panne. L’essence se trouve partout en Norvège, on vous conseille donc de ne faire le plein que dans les stations les moins chères.

Les routes de Norvège

Les routes en Norvège sont très bien entretenues, nous étions vraiment impressionnés, on s’attendait à des routes d’avantage comme en Islande. Les axes sont grands et sécurisés. Il faudra seulement être prudent sur certaines routes de montagne en lacets assez impressionnantes, je pense notamment à la route des troll (trollstigen). Mais malgré l’appréhension, cette route vaut le détour car elle est bordée de belles cascades et de plusieurs vues sur toute la vallée.

Une autre route impressionnante, c’est la route de l’atlantique (atlantiksveien), réputée parmi les routes les plus dangereuses du monde, car elle forme des ponts virages suspendus et lorsque l’océan est déchainé, des lames de fond, des vagues énormes balayent la route. Pensez donc à vérifier le temps avant de réaliser votre trajet ! Toutefois, malgré les images impressionnantes nous avons adoré cette route qui vous permet de vous garer pour une ballade sur les îles alentour entourées des mouettes et si vous êtes chanceux d’observer les baleines. 

Les infrastructures

Les infrastructures sont tellement mieux prévues qu’en France ! Il y a des aires d’autoroutes propres (oui oui c’est possible) avec même souvent des douches qui sont nickel ! Voilà qui nous a largement aidé à avoir une hygiène quotidienne avec le bivouac (parce qu’entre nous, oubliez l’appareil à douche solaire en Norvège). Attention, vous n’aurez cependant pas le droit de planter votre tente sur les aires d’autoroutes.

Pour ce qui est des péages, ils sont à payer en fin de séjour, les véhicules sont munis de capteurs en Norvège. Toutefois pas d’inquiétude, les autoroutes payantes sont peu nombreuses et surtout très peu chères (maximum 50 NOK soit 5€ environ). Nous avons dépensé 35€ d’autoroutes pour tout notre voyage.

Les ferry

Alors là c’est simple, ce sera la dépense la moins prévisible de votre voyage. Les prix des ferry en Norvège ne sont indiqués qu’au moment de l’embarquement ou lorsque vous êtes contrôlés à bord. Vous ne pourrez pas les éviter si vous avez prévu de visiter les fjords, c’est incontournable, les routes débouchent sans crier gare sur des ferry ^^. D’un autre côté, l’embarquement est très bien prévu, nous n’avons jamais eu à attendre plus de 10 min dans les fjords, les voyages en ferry permettent d’avoir des vues différentes et magiques et durent rarement plus de 20 minutes. Il vous faudra compter entre 15 et 35€ les ferry dans les fjords.

Si vous décidez comme nous de prendre la route du nord direction les îles Lofoten, il vous faudra prendre un ferry à Bodo très coûteux (comptez en effet 110€) mais aussi offrant une arrivée avec une vue inoubliable sur les îles Lofoten, pensez donc à attraper un ferry de journée et pas un de nuit !

Payer en Norvège ?

La Norvège n’est pas membre de la zone euro, vous devrez donc payer en couronnes norvégiennes (NOK). Attention la Suède possède aussi des couronnes mais suédoises et on ne peut pas payer avec les couronnes norvégiennes en Suède et inversement.

Il faut savoir que le coût de la vie en Norvège est bien plus élevé qu’en France, le revenu mensuel moyen en Norvège étant à 5944€. Il vous faudra donc soit faire le choix de tout régler en carte (vous payerez selon votre banque des commissions en fonction de vos achats) ou bien vous pouvez faire changer votre argent en Norvège. Dans ce cas je vous conseille de regarder les cours avant de faire changer votre argent, en Norvège dans l’aéroport, c’était plus avantageux et beaucoup moins en France, pour échanger 650€ nous avons reçu 5900 NOK en Norvège, en France pour le même change de 650€ on nous proposait 4500 NOK.

En définitive si vous restez une semaine ou moins je vous conseille de ne pas faire changer votre argent mais de tout payer en carte bleue, car vos frais de change seraient supérieurs aux commissions bancaires. Sinon, pour 10 jours ou plus, il est plus avantageux de changer votre argent.

IMG_0409
IMG_0324
IMG_0204
IMG_9951

Où voir des animaux en Norvège ? Boeuf musqué ? Renne ? Elan ? Baleine ?

Vous aurez sûrement l’occasion de cottoyer des animaux facilement et partout en Norvège, n’oubliez pas que vous êtes chez eux !

Pour voir le boeuf musqué, il faudra aller dans le parc national de Dovre, faire des randonnées, ce dernier est situé au dessus de Oslo à environ 2-3h de route. Attention, la prudence est de mise, les norvégiens ne prévoient pas de parc réservé, les animaux sont donc libres de circuler comme bon leur semble, il vous faudra donc être prudent et ne pas planter votre tente n’importe où, personne n’a envie de se faire courser par un bison pendant sa pause pipi 😉 (si jamais vous vous retrouviez nez à nez face à un boeuf musqué, courrez en diagonale car vu qu’il a une mauvaise vue, si vous vous éloignez en courant tout droit il ne le verra pas, vous pensera statique et vous chargera, de rien c’est cadeau Georgette ! 😉 ).

Pour voir des rennes et des élans, je vous conseille sans hésiter le parc national du Svartissen, le plus beau et le plus riche de Norvège selon moi ! Nous y avons vu des troupeaux de rennes (je vous l’avais partagé sur Instagram) et des élans qui se sont approchés très près de nous (c’était de vrais curieux). Nous avons eu l’opportunité aussi pendant notre voyage sur les routes traversant le Svartissen parc de voir un renne blanc ainsi qu’un élan blanc (des albinos) pendant notre voyage, on savait clairement pas que ça existait et au début on les avait pris pour une chèvre ou un mouton avant de réaliser qu’il y avait un problème de proportion ^^.

Pour voir des cétacés, vous aurez peut être la chance d’apercevoir des baleines au loin lors de votre voyage sur la route de l’Atlantique, mais pour en voir à coup sûr, il vous faudra vous rendre à Andenes, au nord des îles Lofoten, entre avril et septembre. Nous sommes passés par l’agence Whale Safari qui propose des expéditions d’observation des baleines en mer avec des petits bateaux d’observation respectant ces animaux. L’observation est 100% garantie, si vous n’en observez pas, ils vous offrent l’expédition du lendemain. Le prix d’une telle expédition a été de 110€ par adulte (prix étudiant possible 95€), mais nous ne regrettons pas du tout. Avant l’expédition, il y a une visite informative du musée des cétacés où il est expliqué notamment les ravages de la pêche illégale, du plastique et du massacre des baleines. On y apprend aussi comment repérer les cétacés en mer, comment ils se nourrissent et énormément de choses sur le mode de vie de ces géants marins qui rendent ce moment encore plus incroyable. Par exemple, nous savions que les orques étaient les animaux marins les plus féroces et dangereux, mais nous étions loin de nous douter qu’ils étaient du genre à manger des élans en train de traverser les fjords.

Ben et moi garderons ce souvenir à vie. C’était inoubliable, nous avons pleuré à la rencontre de ces géants de la mer, nous étions vraiment emplit de gratitude pour ce moment que la vie nous a offert. Je n’ai qu’un conseil, si vous allez en Norvège en été, ne passez pas à côté de cela !

Comment manger vegan en Norvège ?

Il faut savoir qu’il n’existe que peu de restaurants en Norvège en dehors des grandes villes. Lorsque vous trouverez un restaurant, peu de chance qu’il propose des spécialités norvégiennes, en effet, les norvégiens vont au restaurant pour découvrir des cuisines du monde, donc il n’existe pas ou peu de restaurants proposant une nourriture locale traditionnelle.

Pour ce qui est des courses, il y a facilement des magasins (ressemblant à LIDL un peu) partout en Norvège, ils s’appellent REMA 1000 ou KIWI. Vous trouverez quelques magasins bio (appelés LIFE) uniquement dans les grandes villes, avec des offres similaires à ce que nous avons en France. Les prix aussi sont très différents, l’alcool est hors de prix, comptez 12€ pour une bière en magasin, au restaurant pour deux tacos vegan nous avons payé 45€, préparez donc votre budget en conséquence, ou bien comme nous, prévoyez surtout de faire des courses et de préparez vous même vos repas.

Les fruits et légumes

Les légumes et fruits sont souvent emballés dans du plastique malheureusement et cela nous a largement choqué (typiquement on a trouvé des mandarines dans du plastique). Autrement, les fruits sont plutôt abordables et surtout les baies qui poussent facilement et qu’on trouve partout dans les randonnées (vous avez d’ailleurs le droit de vous servir), je n’ai jamais mangé autant de myrtilles, cassis et groseilles de ma vie qu’en Norvège ^^.

Vous trouverez facilement des laits et yaourts végétaux (Alpro, Oatly). Attention si vous êtes végétaliens, beaucoup de produits contiennent du lait d’élans ou de rennes. Toutefois les simili carnés sont très rares en dehors de Oslo et de quelques grandes villes, clairement il n’y avait pas de tofu dans les REMA 1000 ou les KIWI sur la route. Malgré cela nous avons trouvé à manger : pain, gâteaux, légumineuses, riz, pâtes, légumes et fruits.

Manger Vegan à Oslo 

  • Azucar Vegan food et bar (torg gata 8 OSLO) : vous pourrez manger des buddha bowl et boire des boissons chaudes au lait végétal.
  • Peppes Pizza : propose une pizza vegan aux légumes
  • New Anarkali (Thorvald meyers gate 76, 0550 OSLO) : restaurant indien
  • Rotter magasin bio bien alimenté pour faire des courses vegan friendly

Avant le départ… 

Dans la valise il faut prévoir de quoi survivre (et ce n’est pas peu dire, car les températures et certaines zones nécessitent vraiment d’être préparés)

Quels matériels avons-nous emmenés ? 

Si il y a bien un achat à ne pas négliger pour un pays du nord, c’est : le ciré ! Alors certes on avait des petits airs de Breton, mais les cirés français Hublots ont été impénétrables même sous les torrents de pluie ! Attention ils sont mixtes alors ils taillent vraiment grand, prenez une taille en dessous de votre taille habituelle. (Pour les femmes)

Notre tente était une tente 3 places qui vient de chez Décathlon, on a longuement hésité mais elle a été au top. Bien sûr il y a largement mieux si vous êtes un pro de la rando, mais dans une gamme de prix raisonnables et efficace, ya celle-ci qu’on regrette pas du tout. On vous déconseille par contre les tentes Queshua 2 secondes qui en raison de leur taille peuvent être bloquées à l’aéroport, elles sont aussi difficiles à transporter si vous faites des randos…. Cette tente est légère, facile à monter (par toutes les pluies du monde ^^) et résiste bien au vent et même à la grêle norvégienne.

Optez pour des sacs de couchages sarcophages cela peut vous sauver la vie ! Nous avons comparés longuement les prix entre Décathlon et les offres sur Internet. Sans hésitation je vous recommande nos deux sacs de couchage qui nous ont bien tenu chaud, c’est pas les meilleurs du marché mais c’est un très bon rapport qualité prix. Ils pouvaient s’attacher ensemble pour n’en faire qu’un si besoin.

Le meilleur choix de notre voyage a été sans contestation possible d’opter pour des matelas une place et notamment ceux-là qui présentaient l’avantage d’équilibrer le poids, d’être légers (ils font la taille d’une petite bouteille d’eau) et sont très faciles à gonfler.

Le bon petit coussin, pareil facile à transporter, léger (et oui il faut penser à la limite du poids de bagage dans l’avion) et il permet de passer une bonne nuit !

Lampe de tente, ça c’est plus gadget mais c’est quand même plus simple que la lampe torche, finalement avec le prix qu’elle coûte (5€), son coût est vite amorti, elle nous a permis par exemple de nous offrir de jolis moments de lecture sous la tente en pleine nature.

La couverture de survie INDISPENSABLE ! elle vous permettra vraiment de survivre car on ne sait jamais quand on est seul dans la nature ce qu’il peut arriver. Prenez-en plusieurs, vous en utiliserez une toutes les nuits (ou presque), pour ne pas avoir froid, entourez vous de la couverture (dans le bon sens) et enfilez votre sac de couchage sarcophage, vous garderez ainsi toute votre chaleur corporelle.

Le réchaud va vous permettre de cuisiner facilement en toute circonstance, le nôtre nous permettait de choisir entre gaz et bois/pomme de pin/trucs trouvés dans la nature secs et qui brûlent.

Notre itinéraire pour le road trip 

Jour 1 : Lyon > Oslo

Jour 2 : Oslo > Hedal (église en bois debout) > Bergen (quartier de Bryggen) > dodo dans le Sognefjord

Jour 3 : Insterfjord > Geirangerfjord > Dodo sur la route direction Vevang à Svanvikmyra

Jour 4 : Trollstigen > Atlantiksveien > Trondheim

Jour 5 : Trondheim > Moi I Rana > Svartissen national park

Jour 6 : Svartissen > Bodo (prendre le ferry direction les Lofoten) > Moskenes

Jour 7 : Moskenes > A i lofoten > Dodo face à la mer dans le camping de Unnstad

Jour 8 : Unstad > Svolvaer (randonnée de la Svolvaergeita pour randonneur expérimenté)

Jour 9 : Svolvaer > Andenes (Expédition pour les baleines) dodo dans le camping Whalesafari

Jour 10 : Andenes > Narvik > Moi i Rana > dodo dans le parc du Svartissen (mon préféré de tous, des animaux partout)

Jour 11 : Svartissen > Trondheim

Jour 12 : Trondheim > dodo à Oppdal Dovrefjell parc (attention au boeuf musqué)

Jour 14 : Dovrefjell parc > dodo à Oslo (visite de la ville)

Jour 15 : Oslo (visite de la ville)

Jour 16 : Oslo > Lyon

Si cet article t’a intéressé, épingle quelques photos sur Pinterest ! 🙂
Voilà mes noisettes, j’ai terminé de vous donner toutes mes petites astuces, j’espère que tout cela vous aura donné envie de voyager et de partir découvrir la Norvège… Moi ça restera une expérience unique qui m’a beaucoup apporté. N’hésitez pas si vous avez des questions à les poser en commentaire, j’y répondrai avec plaisir.

Les ptits mots doux (5)

  • Merci pour ce joli article complet et qui donne très envie de partir en Norvège !
    J’imagine que partir en hiver doit être impossible (les températuuuures). Il faisait combien la journée ? J’imagine que c’est plutôt le vent et la pluie qui rendait le périple plus compliqué.

    Répondre
  • Merci pour ces images et ces astuces! C’est un voyages qu’on a en projet alors ça va bien nous aider. Est ce que tu sais si les camping-car sont autorises comme le camping sauvage? G un chéri phobique de la tente mais je voudrais pas rater ces panoramas nature au réveil.
    Bonne journée!
    .

    Répondre
    • Coucou ma noisette, avec un camping-car tu ne pourras pas avoir la liberté de la tente. Par exemple, tu ne peux pas vider tes toilettes n’importe où, la taille du camping car peut poser problème pour te garer le soir comme tu n’as pas le droit de dormir sur les airs, le camping-car c’est pratique et pas pratique à la fois. Tu pourras facilement trouver des campings, par exemple à Unnstad, où tu auras des vues magnifiques
      Bon voyage, à très vite j’espère

      Répondre
  • Hello,

    Je suis de plus en plus tenté par ce type de voyage et tin article est vraiment top.
    Pratique, qui donne des conseils.

    Merci de ce partage
    Bonne journée

    Répondre

Laisser un mot doux

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflakeWordpress snowstorm powered by nksnow